The Enemy Of My Enemy Is My Friend

16 mai 2006

Cela fait environ un an à présent que je suis vaguement "l'actualité" Guns N Rosienne (ou tout du moins ce qu'il en reste),et bizarrement,tout semble s'agiter autour du sieur Axl Rose depuis mars 2006.
Cela mérite quelques réflexions,sans nul doute,auquelles je travaille en ce moment;résultat bientôt affiché sur feedback...

Posté par Ramblin Man à 20:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]


13 mai 2006

P.E is still alive! -part 1

Au cas où certains auraient passé les six dernières années à se fatiguer les tympans sur des "albums" qui font pouet-pouet (et ils sont nombreux...tous ces fans de Massive Attack et de Moby,parlant new age et végétarien,"ambient guys" indhouisant et fleurant bon l'apathie aseptisée...ah,l'an 2000!),on rappellera que le frisson rock'n'roll semble s'être rappelé aux oreilles consentantes des jeunes têtes blondes.

Oh,bien sûr,les grandes Altesses Ridées n'y sont absolument pour rien.Aviez-vous cru une seule seconde que Miiiiiiiick Jagger ou Bob Dylan allaient sortir de leur univers chantilly/dollars/sony/diamant pour tenter de recoller ne serait-ce qu'un instant à la réalité de ce monde,ou tout du moins de leurs fans???Dans ce cas,mes pauvres naïfs,vous vous rapprochez des schémas suivants : a) vous êtes un de ces quasi-sexagénaires ventripotents arborant leur t-shirt  Licking Tongue  millésimé-au hasard- Voodoo Lounge(que tirent Richards & co à leurs gogos de fans,de sorte que vous voici désormais affublé d'un foutage de gueule intégral parcourant pour une dixaine d'euros votre abdomen),soit b)vous constituez l'épitomé des rock-réacs mous du bulbe bloqués à vie dans telle période prétendûment glorieuse de la chose rock'n'roll,et il y a des fortes chances que vous passiez vos jours à soupirer de l'absence de Jimi ou de Kurt,qui sauraient sûrement expliquer à tous ces gamins ce qu'est la real thing !

Pour synthétiser,le cas a) nous renvoie au bétail qui s'entasse dans tel Stade de France pour aller vérifier si le diamant de Jagger est toujours bien collé à sa foutue molaire;quant au cas b),il nous rapproche de celui que beaucoup considèrent comme "l'homme qui a écrit l'acte d'être Punk" (dixit Virginie Despentes,jamais à cours de plaisanteries):je veux parler bien sûr de Patrick Eudeline.

Bref topo sur l'animal:free-lance parisien alignant les brûlots vaguement radicaux (ce papier sur "Physical Graffiti"publié dans Best,quelle blague!Ou comment réadapter au rock'n'roll le syndrome du "cul entre deux chaises") chez "Best","Ogoun!" ou "Rock & Folk" de 1973 à l'arrivée de la scène punk parisienne.Révélation pour le jeune Eudeline;il monte dare dare Asphalt Jungle,autour de Sa Grande Plume et de Rikky Darling,guitariste porté sur la Rickenbacker et la disparition soudaine (on est sans nouvelles de lui depuis des années)...On vous passe les détails des prétentions visionnaires du bonhomme,du type "messieurs,j'ai toujours su que le punk s'autodétruirait" etc...Bref,les années 80 déboulent,et comme tout rocker qui se respecte,Patrick sent le sol s'ouvrir sous lui:quelle place pour un Keith Richards look alike toxico jusqu'aux boots dans cet univers de permanentes péroxydées et de boîtes à rythmes rototom???Vide alangui (excepté quelques peu glorieuses jérémiades sur la disparition de son cher dandysme européen décadent) jusqu'à la fin des années 1990;Rock & Folk,toujours partant pour récupérer les éclopés trash un rien branchouille (voir Despentes,où plus récemment Busty),lui offre une rubrique "La Vie En Rock",et en quelques années,voici l'Eudeline intronisé grand parrain du garage-punk parisien juvénile regroupé sur la scène du Gibus,pour des "Rock N Roll Friday" qui vont secouer vos nuits!!!

Posté par Ramblin Man à 01:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 mai 2006

Quasi-vétérans Revanchards

Ces jours-ci sortent le 8ème album de Pearl Jam (l'éponyme "Pearl Jam"),et "Stadium Arcadium" des Red Hot Chili Peppers,double galette de 25 morceaux.Deux efforts qui semblent sonner comme un rappel.J'ai bien dit rappel,et pas réminiscence;au cas où certains me prendraient pour un nostalgique de l'alterno grungy/fusion des années 90,je tiens à préciser qu'il n'y a rien que je n'exècre plus,en matière de rock'n'roll,que les pleurnicheries type "beuuuh les sixties/seventies/eighties (si si,il y en a qui regrettent l'hégémonie de Duran Duran ou de Tears For Fears,voire de (euh...) Talk Talk)/nineties,c'était si bieeeen!Maintenant y'a plus rien!" etc... Rappel,oui.Au vu des premiers tirs,on ne peut que songer à ce parti pris revanchard dans lequel se sont lancés les rescapés de Seattle et la bande de barjos tatoués de Los Angeles. Que dire?A ceux qui n'auraient pas encore eu vent de "Dani California",single malin de Flea & co. matraqué sur les ondes mondiales,voici un bref topo de l'affaire:rythmique malaxant funk ensoleillé et "force tranquille " des presque vétérans Piments,pont mélodique typique des dernières obsessions de Frusciante (pureté beach boys des choeurs,strato sunburst bousillée et noyée dans l'écho cristallin...ce genre de choses),basse slappée,élégante et azimutée. La routine?Sauf que...Là où "Scar Tissue" ou "Zéphyr Song" se la jouaient pépites pop modernes (avec des fortunes variées),"Dani California" surprend par son refrain pilonné,ses intrusions de wah-wah d'un à propos inespéré (surtout si on les compare avec la prétendûment fameuse période "BloodSugarSexMagic",où le son de Frusciante avoisinait plus celui de la cocotte façon 80's que le feeling plombé),et ce gimmick final;ce gimmick,nom de Dieu!Des rugissements fervents comme une strat' n'en avait plus décoché depuis bien des années...Et qu'on ne me ressorte pas la ridicule échappatoire du "Frusciante pompeur du grrraaand Hendrix!" L'expert ès harmonies des Red Hot n'est PAS une pâle copie du métis halluciné;il en est la pure réincarnation moderne,cherchant la texture,sa texture,à coups d'un panel de six-cordes (vintage,of course) plus que conséquent,de refrains passionnés...Un Hendrix émacié,délesté de ses relents hippies...Que demander de plus? Les Red Hot,à nouveau en selle pour écumer vos salles et vos tympans??Sure,dude! Quant à Pearl Jam,un doute subsiste:si "World Wide Suicide" est un véritable morceau de bravoure réactivant l'urgence d'albums comme le "Vitalogy" de 1995 (cafard politisé,assimilation pertinente de l'héritage punk ricain...),et si le timbre Vedderien demeure véloce et toujours aussi inimitable,que reste-t-il de l'exaltation des débuts??Même s'il ne paraissent en rien arriérés,la hype a eu raison de l'engouement pour le cheveu kilométrique,la chemise à carreaux et le songwriting vengeur,fers de lance de Pearl Jam à la déjà lointaine époque de "Ten" (1992)...Nul doute que le groupe explore de nouveaux territoires us rock,mais le public suivra-t-il? Quoi qu'il en soit,une intro aussi étrange que celle de "World Wide Suicide" (qui peut me dire ce dont se sert Vedder pour soutirer pareil son à sa guitare???) rassure amplement sur la créativité pearljamienne et réaffirme ce titre de conscience du rock à l'américaine,que ces roublards grungy ont glané,de concerts charitatifs en engagement politique omniprésent. Come-back de deux bandes de potes devenus parrains (à défaut d'institutions comme cette arthrite sur patte de Keith Richards) d'un rock qui continue son petit bout de chemin,éclopé mais tenant toujours debout...

Pearl Jam 2006: "We blew it"

pearl_jam_20061

Posté par Ramblin Man à 23:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Qui a dit que la Toile était vouée à l'inutilité et au gouffre de l'imbécilité?Face à la standardisation du langage web autour d'un triptyque bloggeur s'approchant plus d'un "foot/sexe/tuning" beauf que d'autre chose,une multitude de dangereux petits schizoïdes fourmille depuis peu,relançant avec une ferveur rare le combat pour un Internet constellé et cultivé.
So what?Je montre à mon tour sur le ring,bien décidé à ne pas plier...
Bienvenue dans la Grande Arène...

[Posté alors que Soundgarden ferraille son implacable "Superunknown" dans mes tympans hébétés]

Posté par Ramblin Man à 21:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]